Narcisse vous présente :

 

 

 

Genre : Historique, Chambara, Action

Pays : Japon

Année : 1997

Auteur : Nobuhiro Watsuki

Réalisateur : Tsuji Hatsuki

Producteur exécutif : Junichiro Hisaita, Ryuzo Shirakawa

Directeur artistique : Tadashi Kudoi

Character designer : Tsuji Hatsuki

Musique : Taro Iwashiro
Editeur : Dybex
Studios : Studio Gallop, Studio Deen

 



Le film Kenshin le vagabond - Requiem pour les Ishin Shishi se démarque des OAV d’un point de vue design et narratif.
En effet, les graphismes se rapprochent plus de la série animée (même si à mes yeux cette dernière est mieux dessinée que le film) que des OAV.
Concernant les OAV, il est possible de visionner ce film entre les deux séries d’OAV ou d’enchaîner les OAV avant de le voir.
Je vous recommande de connaitre les OAV avant de regarder ce film afin de saisir ce que représente le clan Choshu et de connaitre l’histoire de Battosaï.

Pour une compréhension plus nette de l’histoire, je vous conseille de connaitre les deux premières saisons de la série animée avant de regarder ce film.
Il est certain que ce film se situe, chronologiquement parlant, à la suite de la saison 2 de la série animée.
Quelques indices me permettent de l’affirmer : dans ce film, Kenshin n’est pas étonné de revoir Hajime Saito (il est donc certain que la saison 2 est passée), Sanosuke maitrise la technique du Futea no Kiwami qu’Anji lui avait apprise (c’était précisément lors de la saison 2 qu’il l’avait acquise) et Kenshin maitrise la technique ultime et secrète Hiten Mitsurugi (c’est lors de la saison 2 que son père adoptif, Hiko Seijûrô, la lui avait enseignée).

Le scénario de ce film est très intéressant, il met en exergue les confusions qui pouvaient régner à l’époque du Bakufu d’Edo/Shogunat Tokugawa et qui ont engendré des conséquences, notamment chez les survivants qui restent encore hantés par certaines de leurs actions.
Les hommes se battaient uniquement en suivant la loi de leur cœur, beaucoup trop d’entre eux se battaient pour un idéal qui leur était propre, portés par le désir d’offrir au Japon une nouvelle ère de paix.
Les notions de bien et de mal n’étaient pas si simples à discerner, des bons et des mauvais parsemaient tous les clans.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série animée « Kenshin le vagabond », vous en trouverez ma présentation en cliquant ici

Aussi, vous trouverez ma présentation des OAV en cliquant sur le lien suivant : Kenshin le vagabond-OAV

 

 

 

Histoire du film :

 


Derniers jours du Bakumatsu/Shogunat Tokugawa : à Tokyo, par un soir de pleine lune, le samouraï Gentatsu Takatsuki mène une attaque avec trois de ses hommes.
Leur cible est bien précise : ils se dirigent au pas de course vers une demeure dans laquelle sont réunis des hommes de Satsuma et de Choshu, des clans rebelles au Shogunat Tokugawa/Bakufu d’Edo, et dont ils tuent les gardes.
Les hommes de Gentatsu sont aux prises avec les gardes et soudain, surgit le redoutable Hitokiri Battosaï (du clan Choshu), l’assassin craint de tous que personne n’a jamais réussi à surpasser.
Il se dresse face à Gentatsu pour l’affronter et s’ensuit un combat à mort dans lequel Gentatsu perd la vie sous le regard impuissant de son meilleur ami, Shigure Takimi.
Gentatsu et Battosaï n’avaient en soi rien contre l’autre, chacun se battait pour un idéal, il était difficile à cette période de distinguer le bien du mal.

Petit Rappel Historique : les samouraïs de Satsuma et Choshu voulaient reconstruire une nation capable de résister à la pression étrangère, et ainsi arracher le pouvoir au gouvernement du Bakufu afin de le rendre à l’Empereur.
Ils désiraient renverser le Bakufu ; le peuple les baptisa ‘‘Ishin Shishi’’, les Chevaliers à l’âme dite Noble.
Chacune des forces en présence (alliés du Bakufu et les Ishin Shishi) croyait en son idéal et avait pour seul objectif le bien de leur pays.

La douzième année de l’ère Meiji (an 1879), à Yokohama : Kenshin et ses amis sont arrivés en ville à bord d’un train à vapeur.
Toute l’équipe est véritablement dépaysée face à toute cette modernité européenne, la ville est pleine d’étrangers, plus rien n’est japonais : les habitants, les vêtements, les éclairages, les réverbères, les modes de transport, les bâtiments qui se ressemblent tous ; toutes ces constructions occidentales étonnent Kenshin. Il heurte même un homme qui le qualifie gentiment de « samouraï boy ».
Le Japon n’est plus ce qu’il était, il est en train de changer et c’est une excellente nouvelle selon Kenshin.

Alors que les cultures se mélangent au nom du rapprochement des peuples, la jeune japonaise traditionnelle Toki ordonne à des marins occidentaux ivres de s’en aller et de cesser de déranger tout le monde.
Les marins se montrent irrespectueux et indécents envers elle, ce qui l’effraie et la choque profondément, d’autant plus que c’est une jeune fille élevée par le samouraï Shigure dans le respect des traditions et des bonnes mœurs.
Kenshin et ses amis arrivent, il comptait s’interposer mais n’intervient pas en voyant qu’un samouraï est déjà présent pour cette jeune fille.
Ce samouraï c’est Shigure en personne, la peur de Toki s’évanouit à la vue de son sauveur qu’elle aime tellement, elle se sait en sécurité avec lui.
Après avoir calmement ordonné à Toki de reculer et de se mettre à l’abri, Shigure règle le compte de ces marins en les ridiculisant. Il a dégainé son sabre avec une telle rapidité que personne ne l’a vu.
D’autres marins s’en mêlent, Kaoru aimerait que Yahiko aide cet homme mais Kenshin lui dit que ce n’est pas la peine, il sait que ce puissant samouraï n’a nullement besoin d’aide face à de si faibles adversaires.
Face à la puissance de Shigure, un marin compte lui tirer dessus mais Kenshin a immédiatement détecté la menace et il l’assomme avant même qu’il n’ait eu le temps de se préparer à tirer.
C’est à cet instant que Shigure voit Kenshin mais la police surgit, Shigure et Kenshin doivent fuir car le port du sabre est devenu strictement interdit.
Avant de fuir, Shigure demande à Toki de se cacher quelque part, ils se retrouveront après, et il la rassure en lui disant de ne pas s’inquiéter pour lui.

Kenshin et Shigure discutent un moment et sympathisent ; Shigure évoque le gouvernement Meiji dont il a horreur, il juge qu’il sombre dans la déchéance et la corruption.
Sur la route, Kenshin rencontre ensuite Saito qui lui conseille de se tenir éloigné de Shigure Takimi car c’est un homme extrêmement dangereux.
En effet, mais Kenshin ne le sait pas encore, Shigure Takimi n’a qu’un seul désir et il est sur le point de concrétiser son projet : il rassemble des hommes qui ont une raison d’en vouloir au gouvernement actuel pour le renverser et instaurer une nouvelle ère de paix.

En retrouvant ses amis, Kenshin apprend que le nom de famille de Toki est Takatsuki et qu’elle fait partie du clan Aizu.
Aussitôt, il se replonge dans ses tourments du passé, particulièrement dans un crime qu’il a commis : le meurtre de Gentatsu Takatsuki, le frère ainé de Toki.
Depuis la mort de son frère, Toki vit avec Shigure dans la ville de Tokyo.

Plus tard, Toki rend visite à Kenshin car elle se fait du souci pour Shigure qui se comporte de façon étrange ; c’est suite à cette entrevue que Kenshin est désormais sûr et certain que cette jeune fille est bel et bien la sœur de l’homme qu’il a tué car elle a décliné l’identité de son frère : Gentatsu Takatsuki.

Yahiko raccompagne Toki chez elle et c’est là-bas qu’il fait la connaissance de Shigure.
Ce dernier se prend d’affection pour lui en apprenant que le père de Yahiko est mort et qu’il faisait partie du Shogitai. Il invite donc Yahiko à rester chez lui pour diner et prendre un bain relaxant.
Bien plus tard, après avoir écouté Shigure parler à ses hommes dans un temple, Yahiko voudra rejoindre son clan car lui aussi est désireux de venger la mort de son père.
Shigure accepte mais il assommera Yahiko afin de le protéger ; jamais il ne pourrait se le pardonner si quelque chose devait arriver à ce jeune garçon.
Shigure, qui réclame vengeance, a en effet organisé un attentat à l’encontre de l’invité d’honneur de Tokyo (le ministre britannique des affaires étrangères) afin de compromettre et provoquer la chute du gouvernement Meiji pour ainsi instaurer une nouvelle ère.
Pour ce faire, Shigure s’est entouré d’une armée et notamment de Kajiki, censé être son bras droit et meilleur ami.
Hajime Saito intervient et neutralise certains des hommes de Shigure pour éviter un massacre, et Kenshin empêche Shigure de tuer l’invité de l’état.
Shigure est rapidement contraint de battre en retraite, avec le reste de ses hommes, pour éviter de se faire tuer par l’armée.
Le général Yamagata lance immédiatement ses troupes à leur poursuite mais Kenshin parvient à le convaincre de retarder l’assaut afin de le laisser raisonner le chef de ces rebelles.
Sanosuke le rejoint et ils pénètrent dans la forêt d’Ueno ; Kajiki ordonne aux adolescents qui composent le clan de fusiller Kenshin et Sanosuke mais Shigure intervient et empêche cette fusillade : il désire affronter Kenshin en duel.
Après un combat sanglant, Kenshin l’emporte mais Shigure se relève et veut continuer, puis Toki intervient et le supplie d’arrêter car elle ne veut pas le perdre. Shigure lâche son sabre, pleure sur Toki et lui demande pardon.
C’est à ce moment que Tamono surgit et fait ouvrir le feu sur les hommes de Shigure.
Toki allait recevoir une balle mais Shigure la recouvre de son corps pour la protéger, et il meurt après avoir évoqué Gentatsu.
Tamono ordonne ensuite à ses hommes de tuer tous les hommes restants mais, empli d’une colère noire, Battosaï se réveille, s’envole et atterrit droit sur Tamono pour le mettre hors d’état de nuire.
Puis, tout prend fin grâce à l’arrivée du général Yamagata qui ordonne aux soldats de baisser leurs armes.
Kajiki, qui est en réalité un traître, s’enfuit mais Saito l’intercepte et le tue.

À la fin, Kenshin avoue à Toki que c’était lui le meurtrier de son frère. Toki veut savoir si Shigure était au courant. Kenshin le lui confirme, Toki lui révèle que Shigure lui avait dit qu’à cette période, il était difficile de discerner le bien du mal, beaucoup trop d’hommes se battaient pour un idéal qui leur était propre.
Toki se rendra sur la terre natale de Shigure afin d’y enterrer ses effets personnels.
Elle compte ensuite revenir pour prendre soin de ses élèves et leur enseigner l’histoire du Bakumatsu et de Shigure, l’homme qu’elle a tant aimé et qu’elle ne cessera jamais d’aimer.

 





Présentation des personnages




Kenshin Himura/Battosaï

 

Kenshin Himura, anciennement Hitokiri Battosaï l’assassin, est confronté dans ce film à une nouvelle mauvaise action qu’il a commise par le passé : lors des derniers instants du Shogunat Tokugawa, il a tué Gentatsu Takatsuki, le frère de la jeune Toki qui a depuis été prise en charge par Shigure Takimi.

Quatorze ans plus tard, en 1879 à Yokohama, Kenshin rencontre Shigure.
Après avoir réglé le compte de marins avinés et irrespectueux (notamment envers les femmes), ils doivent fuir ensemble à cause de l’arrivée de la police, le port d’armes étant interdit.
Kenshin et Shigure se retrouvent seuls à discuter, ils s’apprécient instantanément et lorsque Shigure décline son identité, Kenshin ne reste pas de marbre, il connait ce nom.
Sur le chemin du retour, il rencontre Hajime Saito qui lui conseille de se tenir éloigné de Shigure Takimi car c’est un homme extrêmement dangereux.

En entendant ses amis dire que Toki fait partie du clan Aizu et que son nom de famille est Takatsuki, Kenshin se stoppe net en chemin, il s’est automatiquement replongé dans l’un des crimes qu’il a commis : le meurtre de Gentatsu Takatsuki.

Lorsque Toki se rend au dojo Kamiya pour parler à Kenshin, ils s’entretiennent tous deux en privé : Toki tient à lui parler de Shigure, elle lui explique que son frère était un ami proche de Shigure lors de la période du Bakumatsu puis il est mort.
Kenshin lui répond qu’il en est désolé. Sans le savoir, Toki remue le couteau dans la plaie de Kenshin en lui disant que son frère était son unique famille, il était tout ce qu’elle avait et elle a tout perdu.
Lorsqu’elle décline l’identité de son frère (Gentatsu Takatsuki), Kenshin est conforté dans sa certitude, il le savait et se replonge dans son passé d’assassin qui ne cesse de le rattraper et de le tourmenter.
Il repense à cette réunion au sommet à laquelle il avait assisté :
Katsura (chef du clan Choshu) et Saigo (chef du clan Satsuma) ne surmontaient pas leurs différends, si l’opposition entre les Satsuma et les Choshu persistait, la nouvelle ère ne verrait pas le jour leur disait le médiateur.
Gentatsu et ses hommes sont intervenus et un combat au clair de lune eut lieu entre Battosaï et Gentatsu ; Battosaï s’élança dans les airs, tomba droit sur Gentatsu et le tua.

Toki confie à Kenshin ses inquiétudes : Shigure se comporte de façon étrange ces derniers temps, il est triste et songeur en permanence.
À leur retour de Yokohama, il a parlé de Kenshin en des termes très élogieux.
Shigure était heureux de rencontrer un samouraï tel que Kenshin surtout en ces périodes de trouble.
Kenshin répond à Toki que c’est un honneur et qu’il en pense tout autant de Shigure.
Toki connait très bien Shigure, elle sait qu’il ne se confiera jamais à elle mais elle est certaine qu’il parlera à Kenshin.
Ce dernier fera tout pour venir en aide à Toki notamment car il a des remords.
Kenshin reste hanté par le souvenir de la nuit où il a tué Gentatsu.

Le lendemain de son entrevue avec Toki, Kenshin se rend chez elle pour voir Shigure mais il n’est pas là, il demande donc à Toki de le prévenir qu’il l’attendra le lendemain à six heures près du pont Ohashi.

Près du pont Ohashi : Kenshin répète à Shigure que Toki s’inquiète beaucoup pour lui, Kenshin lui demande ce qui le rend si grave.
Shigure est triste et pensif et lui en confie la raison : Toki.
Il avoue à Kenshin que si jamais il lui arrive quelque chose, il pense à Toki, elle est tout pour lui.

Sanosuke informe ensuite Kenshin que Shigure a l’intention de renverser le gouvernement Meiji.
Les deux amis se rendent chez Shigure mais il n’est plus là, et le plus inquiétant c’est que Yahiko a disparu pour s’allier à Shigure.
Yahiko rentre auprès des siens le lendemain matin, après que Kenshin, Kaoru et Sanosuke l’aient cherché toute la nuit.
Grâce aux quelques informations fournies par Yahiko, Kenshin et ses amis comprennent que Shigure et ses hommes vont s’en prendre à l’invité de Tokyo, le ministre britannique des affaires étrangères.
Toki implore Kenshin d’arrêter Shigure.

Shigure allait tuer le ministre mais Kenshin intervient à temps pour l’en empêcher en se dressant face à lui.
Kenshin refuse de s’écarter alors Shigure est prêt à le tuer.
Lors de leur affrontement, Kenshin effectue le même enchainement qu’il a fait le soir où il a tué Gentatsu ; Shigure comprend alors que c’était lui Battosaï et veut l’anéantir mais il sera contraint de fuir car l’armée ouvre le feu.

Kenshin est hanté par le crime qu’il a commis, il ne veut plus jamais ressentir cette tristesse mais elle le poursuit inlassablement. Il fera tout pour arrêter Shigure. Ce dernier et ses hommes se sont retranchés dans la forêt d’Ueno comme au temps du Shogitai ; ils sont encerclés et surveillés par l’armée.
Kenshin demande au général Yamagata de retarder l’assaut et de lui faire confiance, il connait personnellement le chef de ces rebelles.
Le général ne pourra attendre très longtemps, Kenshin lui dit qu’une heure sera suffisante.
Yamagata sait que Kenshin est capable d’éviter un second bain de sang, il a foi en lui.

Kenshin fait la promesse à Toki de lui ramener Shigure sain et sauf.
Avant de se rendre dans la forêt d’Ueno, il confie à Kaoru que c’est lui qui a tué Gentatsu.
C’est la mort de Gentatsu qui a motivé Shigure à se lancer dans cette folie, Kenshin est conscient qu’il a donc lui aussi une part de responsabilité à assumer.

Cette nuit, Kenshin se rend dans la forêt d’Ueno accompagné de Sanosuke.
Les gardes de l’armée attendent l’intervention de Kenshin (qui dispose du délai d’une heure) avant de procéder à l’assaut.
L’armée restante de Shigure est uniquement constituée d’adolescents.
Kenshin essaie de faire entendre à Shigure qu’un nouveau bain de sang ne rachètera pas la mort de ceux qui ont été injustement tués, mais Shigure veut le combattre.
Lors de son duel, Kenshin utilisera la technique Hiten Mitsurugi : la Flèche du dragon, mais Shigure avait prévu sa riposte et l’esquive.
Shigure parvient à blesser Kenshin et réitère son attaque. Kenshin a compris qu’il s’agit d’une double attaque et il reçoit de plein fouet, en plein visage, le fourreau d’acier de Shigure.
Shigure assène Kenshin de coups de fourreau d’acier, ce dernier peut à peine bouger son bras.
Kenshin refuse d’utiliser la lame de son sabre ; peu lui importe de verser son propre sang même jusqu’à la mort mais il ne laissera pas Shigure faire couler le sang d’autres innocents.
S’il combat Shigure au sabre c’est uniquement afin de le raisonner.
Kenshin doit utiliser la technique secrète du Hiten Mitsurugi.
Il reproduit son enchainement d’il y a 14 ans : Shigure attaque Kenshin, celui-ci vole au clair de lune mais Shigure le rejoint dans les airs ; Kenshin se laisse chuter dans le vide.
Shigure est prêt à l’attaquer avec la technique Kanuma-Ryu Hiken Sotoken.
Kenshin effectue un mouvement de vrille pour lui permettre de dégainer.
Personne n’avait fait cela auparavant : Kenshin a dû combiner deux techniques du Hiten Mitsurugi (la Flèche du Dragon et la technique secrète) pour parvenir à toucher Shigure sans le blesser ni le tuer.
Kenshin lui explique que ne plus tuer est la seule façon qu’il a trouvée pour expier ses fautes.
Shigure veut continuer son combat pour Gentatsu mais il est interrompu par Toki qui était la seule qui pouvait parvenir à le raisonner.
Kenshin en profite pour lui dire que Gentatsu n’aurait pas aimé voir Toki pleurer.
À cette pensée, Shigure demande pardon à Gentatsu, il dit que Kenshin honore bien mieux que lui sa mémoire.
Shigure a donc compris qu’il faut cesser la tuerie pour honorer la mémoire de Gentatsu.

Il suffit à Kenshin de regarder cette scène touchante (Toki et Shigure) pour oublier la douleur de ses blessures physiques.
Alors que la situation est réglée, Tamono surgit et ordonne à ses soldats de faire feu.
Shigure meurt après avoir protégé Toki de son corps.
Tamono compte faire tirer une prochaine salve pour tous les achever.
Empli de colère, Kenshin se transforme en Battosaï, s’envole dans les airs, il esquive les tirs de l’armée, et malgré la longue distance qui le sépare de Tamono, il s’abat sur lui et le met hors d’état de nuire.
S’il ne s’était pas transformé en Battosaï, il n’aurait peut-être pas pu accomplir cet exploit car ses blessures sont trop douloureuses et handicapantes, les hommes de Tamono n’ont pas eu le temps de recharger qu’il avait déjà bondi sur lui.
Le général Yamagata surgit avec ses hommes et ordonne aux soldats de baisser leurs armes mais Shigure est déjà mort et Toki a tout perdu.
Kenshin est peiné et affecté par le terrible drame qui frappe cette jeune fille, il avait pourtant tenu sa promesse : Shigure était sain et sauf, il avait cessé toute tuerie, mais Tamono a tout anéanti.

Après ce drame, Kenshin va rendre visite à Toki chez elle pour lui avouer que c’était lui le meurtrier de son frère, il combattait pendant le Bakumatsu et à cette époque on l’appelait Hitokiri Battosaï.
Se souvenant des paroles de Shigure, Toki n’a pas de rancœur car elle sait qu’à cette période trouble, le bien et le mal n’étaient pas si aisément identifiables.

Avant de partir enterrer les effets personnels de Shigure, Toki remercie notamment Kenshin pour ce qu’il a fait pour elle.
Kenshin lui assure qu’il ira se recueillir sur la tombe de Shigure.

 



Kaoru Kamiya

 

Kaoru n’a pas un rôle très important dans ce film, elle n’est pas du tout au centre de l’histoire.
Elle apprécie la jeune Toki et se montre très accueillante envers elle.

Kaoru sera morte d’inquiétude lorsque Yahiko sera absent toute une nuit du dojo (il a quitté la maison pour rejoindre Shigure Takimi).
Sanosuke l’avertira que pour le retrouver il faut retrouver Shigure car ils sont sûrement ensemble.
Kaoru a cherché Yahiko toute la nuit ; à son retour, le lendemain, elle le gifle avant de le serrer dans ses bras tout en versant des larmes, elle a eu si peur qu’il lui soit arrivé quelque chose.
Cette scène démontre que Kaoru l’aime profondément (il va d’ailleurs devenir son fils adoptif lorsque Kenshin l’épousera).

Kaoru se fait toujours autant de souci pour Kenshin qui doit aller raisonner Shigure afin qu’il cesse de vouloir détruire le gouvernement actuel.

À la fin, Toki remercie notamment Kaoru pour sa bienveillance envers elle.
Kaoru ira se recueillir sur la tombe de Shigure, au printemps prochain.

 



Sanosuke Sagara

 

Sanosuke, l’ami fidèle de Kenshin, soutient son ami dans ce film afin de faire cesser les plans de Shigure, et venir en aide à Toki Takatsuki. Sanosuke ne reste pas insensible à la douceur de cette jolie jeune fille.

C’est Tsunan, journaliste et meilleur ami de Sanosuke, qui l’informera de la réalité des intentions de Shigure, à savoir que c’est un homme dangereux qui tente depuis un bon moment de rassembler des hommes qui ont une bonne raison d’en vouloir au gouvernement, et qu’il fomente une rébellion.
Fort de ces connaissances précieuses, lorsque Yahiko répète que Shigure et ses hommes ont parlé d’un invité de l’état, Sanosuke devine qu’il s’agit du ministre britannique des affaires étrangères qui est à Tokyo aujourd’hui.
Il se rend donc avec Kenshin à la résidence officielle où les hommes de Shigure passent à l’attaque.
Sanosuke frappe les hommes de Shigure pour tenter de les raisonner et de leur faire comprendre que cette folie vengeresse ne les mènera à rien.

La nuit venue, Sanosuke accompagne Kenshin à la forêt d’Ueno où sont retranchés Shigure et les siens.
Pour faire exploser les barricades, Sanosuke utilise la technique du Futea no Kiwami (que lui a apprise Anji dans la série animée).
Sanosuke est étonné de voir que l’armée de Shigure est constituée d’adolescents.
Kajiki ordonne aux adolescents de faire feu sur Kenshin et Sanosuke mais Shigure leur ordonne de ne pas tirer, c’est un combat qui doit avoir lieu entre Kenshin et lui.
Sanosuke n’intervient donc pas mais il sera affecté de voir Shigure mourir sous les tirs de Tamono, alors que la situation venait d’être apaisée et définitivement réglée sans effusion de sang.

Au final, Sanosuke compte se rendre sur la tombe de Shigure pour prier sur lui, et honorer la volonté de Toki qui a perdu son protecteur. Sanosuke en sait quelque chose, lui aussi avait perdu le sien en la personne de Souzou Sagara (voir, à ce sujet, ma présentation de la série animée).



Yahiko Myôjin

 

Yahiko Myôjin, né à Tokyo, est issu d’une famille de samouraïs ; son père était membre de l’armée du Shogitai et il est mort au combat.
Yahiko vit à présent au dojo Kamiya sous la protection de Kenshin, Kaoru et Sanosuke.

Dans ce film, il fait connaissance avec la jeune fille Toki Takatsuki, fille d’un samouraï du clan Aizu, dont il tombe sous le charme car elle est jolie, douce et respectueuse.

Après une attaque menée au Consulat de Yokohama, le baron Tamono arrive et dicte avec autorité ses ordres à ses hommes. Le voyant faire, Yahiko le trouve ‘‘génial’’, il est impressionné par cet homme sans savoir que c’est un immonde personnage dénué d’honneur.
Mais c’est très rapidement la personne de Shigure que Yahiko va considérablement admirer.
Il va le rencontrer après avoir raccompagné Toki chez elle. Yahiko était ravi de le faire, il se comporte en véritable samouraï, et en tant qu’homme son devoir est de protéger les femmes dit-il.

Shigure se montre très accueillant et paternel envers Yahiko, il se prend d’affection pour lui d’autant que c’est un orphelin dont le père samouraï est mort au combat : tout ce qui le touche.
Il se met à sa hauteur, il lui dit que s’il a un jour besoin d’aide, de quoi que ce soit, il pourra toujours compter sur lui.
Yahiko s’incline et le remercie.
Musashino Yasuharu arrive à ce moment et fait connaissance avec Yahiko.
Les deux garçons se lient d’amitié d’autant plus qu’ils partagent de nombreux points communs : ils sont orphelins et tout comme Yahiko, le père de Musashino est lui aussi mort au combat pour le Shogitai, ils n’ont pas eu une vie facile.
Shigure invite Yahiko à diner et en attendant, il le fait entrer dans sa maison pour qu’il prenne un bain relaxant, il le met à l’aise, il lui dit qu’il est ici chez lui.

Yahiko ne cesse de se rendre chez Shigure où il suit les enseignements de son nouvel ami Musashino. Yahiko ne quitte plus Musashino qui lui conseille de devenir un homme droit et respectable.

Un soir, Yahiko voit une troupe d’hommes passer, il reconnait parmi eux Musashino ; intrigué, il les suit se demandant où est-ce qu’ils peuvent bien aller.
Il les suit jusqu’au temple où Shigure y tient sa réunion : il veut restaurer l’honneur perdu de ses regrettés compagnons, il est révolté que le gouvernement Meiji soit contrôlé par des hommes d’affaires.
Il veut construire un monde où tous les hommes seraient égaux.
Kajiki démasque la présence de Yahiko et était prêt à le tuer car il en avait trop entendu.
Shigure l’en empêche immédiatement, puis Yahiko lui demande de le laisser se joindre à son groupe, il est touché, percuté et sensibilisé par le discours et les intentions de Shigure.
Yahiko tient là une chance de venger la mort de son père et il veut la saisir.
Yahiko s’est non seulement immédiatement attaché à Shigure mais il retrouve aussi en lui tous les idéaux que partageait son défunt père, alors il veut se battre à ses côtés.

Shigure est en marche avec ses hommes, ils se mettent ensuite en position pour agir ; Shigure dit à Yahiko qu’il est très impressionné par son courage, il a une force de caractère rare, après quoi il lui assène un coup de poing dans l’estomac pour l’assommer et le protéger de tout mal.
Shigure ne veut pas qu’il se batte, il ne pourrait pas se pardonner qu’un enfant si jeune meurt au combat.

Au lendemain, Yahiko rentre chez lui auprès des siens où il reçoit une gifle de Kaoru qui a tant eu peur pour lui.
Kaoru, Sanosuke et Kenshin l’ont cherché toute la nuit.
Yahiko se rappelle que Shigure et ses hommes ont parlé d’un invité de l’état ; grâce à cette information, Sanosuke va deviner qu’il compte s’en prendre à l’escorte impériale et au ministre britannique des affaires étrangères qui est à Tokyo aujourd’hui même.

À la résidence officielle, Tamono (capitaine de la garde impériale du gouvernement Meiji) fait feu sur les hommes de Shigure, Musashino y perd la vie.
En voyant le corps sans vie de son ami, Yahiko s’est effondré en larmes sur lui ; cette perte l’a profondément attristé.

Au final, tout comme les siens, Yahiko compte se recueillir sur la tombe de Shigure, et il ne manquera certainement pas de le faire sur celle de Musashino.
Yahiko deviendra, comme l’avait voulu son ami, un homme droit et respectable et ce, grâce à Kenshin et Kaoru qui l’ont élevé et qui lui ont enseigné les valeurs de la vie.
C’est Yahiko qui est devenu le digne successeur de Kenshin (vous pouvez voir ce que ce bon garçon est devenu dans ma présentation des OAV).



Hajime Saito

 

Hajime Saito, meilleur membre des Shinsengumi, loup de Mibu, travaille depuis l’avènement de la nouvelle ère pour le gouvernement Meiji dans le but d’éviter que des hommes corrompus prennent un jour le pouvoir.
Saito des Shinsengumi élime le mal à sa racine, telle est son unique conception de la justice.

Il informera Kenshin à Yokohama que Shigure Takimi est un homme extrêmement dangereux. Il lui conseille de se tenir éloigné de lui.
Tout le long du film, il surveillera de très près tout ce qui se déroule et mènera personnellement son enquête. Saito a placé des espions un peu partout qui lui fournissent de précieuses informations.

Lorsque les hommes de Shigure passent à l’attaque, munis de canons et de fusils, à la résidence officielle pour s’en prendre à l’armée et au ministre anglais, Saito s’y précipite et tue quelques-uns des rebelles.

Saito informera les autorités supérieures que le baron Tamono est un traitre du gouvernement, les rebelles ont utilisé les armes volées et fournies par Tamono en personne.
Saito l’a su en faisant avouer un homme qui travaille à l’arsenal (pour ce faire, Saito a dû employer la manière forte).
Saito détient aussi le nom du contact de Tamono chez les rebelles. Extrêmement intelligent, Saito a été le seul à deviner que Kajiki est le plus grand traître qui tire les ficelles, qu’il est la source de tout le mal qui se déroule.
Lorsque Kajiki fuit, Saito intercepte ce traitre en lui disant qu’il a trahi son meilleur ami (Shigure) pour s’allier à son plus grand ennemi et à présent il retourne sa veste sans le moindre scrupule.
Saito a horreur de ce genre de personnage faux, trompeur, nuisible et dépourvu d’honneur.
Kajiki est en panique, il lui dit qu’il pourra être utile et témoigner contre Tamono.
Conformément à sa devise « tuer le démon maintenant », Saito tuera Kajiki car Saito élimine toujours la racine du mal.

 



Shigure Takimi

 

Shigure Takimi est un puissant samouraï qui faisait partie du clan Aizu. Il se battait pour maintenir le gouvernement du Bakufu au côté de son meilleur ami Gentatsu dont il était extrêmement proche.
Malheureusement, lors des derniers instants de la période du Bakumatsu, Gentatsu perdit la vie dans des circonstances qui hantent chaque jour Shigure.
Jamais Shigure ne pourra oublier la nuit où Gentatsu est mort : un soir, les Ishin Shishi allaient se réunir en secret dans le but de détruire le Shogunat Tokugawa.
Tous les chefs de la rébellion allaient être présents, c’était l’occasion pour le clan Aizu de frapper et de changer le cours de l’histoire. Néanmoins, un point demeurait incertain : la réunion se tiendrait certainement soit à Suzuya, soit à Minoda, deux lieux très éloignés l’un de l’autre.
Gentatsu penchait pour Suzuya mais Shigure n’était pas d’accord, il disait que les possibilités de fuite de l’ennemi y seraient trop réduites, il n’y avait aucune issue de secours.
Shigure était donc certain que l’ennemi n’opterait pas pour un endroit aussi dangereux et opta définitivement pour Minoda ; mais l’instinct de Gentatsu lui dictait d’aller à Suzuya.
Shigure avait ainsi choisi de se diriger vers une destination différente que celle que Gentatsu avait choisie pour mener l’attaque, et c’est ce dernier qui avait raison.
Arrivé sur les lieux (Minoda), s’apercevant de son erreur, Shigure courut à toute vitesse pour rejoindre Gentatsu mais il arriva trop tard et son ami est mort sous ses yeux.
Shigure était trop loin pour le sauver, il a assisté impuissant à sa mort, et s’est effondré en larmes sur le corps de son ami :


Quatorze années plus tard, Shigure s’en veut toujours de ne pas avoir suivi l’instinct de son ami, il est persuadé qu’il ne serait pas mort.
Il vit depuis dans le tourment, il s’en veut terriblement d’avoir fait un mauvais choix et se sent toujours responsable de la mort de Gentatsu, c’est comme s’il s’en voulait de vivre alors que son meilleur ami est mort.
Il pense que si la mort de son ami avait été évitée, le clan Aizu n’aurait pas connu tant de malheurs, que la bataille d’Aizu et la tragédie du Byakkotai auraient été évitées.
Chaque jour qui passe, Shigure porte le poids de cette décision, il est torturé et veut venger Gentatsu. Il est persuadé que c’est en détruisant le gouvernement Meiji qu’il pourra parvenir à venger et honorer la mémoire de son ami perdu.

Shigure nourrit une haine viscérale à l’égard du gouvernement actuel. Il est certain que le gouvernement Meiji œuvre à la perte de ce pays car les dirigeants se sont vautrés dans la corruption et dans le vice à peine arrivés, ils ont perdu tout honneur ; selon lui, ils salissent impunément la mémoire de ceux qui, comme Gentatsu, se sont battus pour la bonne cause sans relâche tout au long de leur vie.
Shigure veut éradiquer le mal de la terre afin d’honorer ceux qui sont morts pour la cause.
Pour ce faire, il fomente une rébellion et rassemble depuis un bon moment des hommes : des survivants et des orphelins du Shogitai, des survivants de la bataille d’Aizu ou de la bataille de Hakodate ; en somme, tous ceux qui ont une raison d’en vouloir au gouvernement Meiji.

Depuis la mort de Gentatsu, Shigure prend soin de Toki qu’il a toujours connue. Elle vit sous son toit depuis l’âge de quatre ans, soit depuis la mort de son frère.
Shigure et Toki vivent dans une grande maison à Tokyo.
Shigure aime profondément Toki, il l’aime plus que tout au monde : il l’a élevée, il prend soin d’elle, ne souhaite que la protéger, tombe amoureux d’elle et projette de l’épouser lorsqu’il aura accompli son œuvre.

Shigure est un chef charismatique très estimé par ses hommes ; sa présence impose le respect.
C’est un homme d’honneur, droit, brave, respectable et très protecteur ; c’est également une personne pudique dans tous les sens du terme.
Shigure est fier et dur avec ses ennemis, il est humble et doux avec les siens, les plus démunis, les orphelins.
Il rend régulièrement visite aux familles de ceux qui sont morts en combattant le Shogunat pour les soutenir et les réconforter. Il va même jusqu’à les aider financièrement.
Ce comportement empli de générosité est aussi sa façon d’expier ses fautes (à savoir la mort de Gentatsu dont il endosse perpétuellement la responsabilité).

Il rencontre Kenshin Himura à Yokohama ; après avoir réglé le compte de marins étrangers qui s’en étaient pris à Toki, Shigure voit Kenshin ranger son sabre à lame inversée qui n’est pas fait pour tuer. Shigure le fixe, il est heureux de voir un samouraï tel que lui.
Après l’arrivée de la police, Shigure doit fuir car le port d’armes est interdit. Avant de fuir, il demande à Toki de se cacher quelque part, ils se retrouveront après, et il la rassure en lui disant de ne pas s’inquiéter pour lui. Ce sont Yahiko et Kaoru qui l’emmènent avec eux.
Après avoir fui ensemble, Shigure et Kenshin se retrouvent seuls à discuter.
Shigure lui dit qu’il s’est très bien débrouillé, il lui demande pourquoi sa lame est-elle inversée.
Kenshin lui répond qu’il y a longtemps il a juré qu’il ne tuerait plus jamais.
Shigure lui dit que recourir à la violence laisse des traces bien plus difficiles à enlever que le sang ; ce disant, il saisit et retire son sabre de son fourreau. Il poursuit en disant que ceux qui sont morts pendant le Bakumatsu ont eu la chance de ne pas assister à la déchéance/corruption du gouvernement Meiji car ce spectacle leur ferait verser des larmes bien amères, ou alors ils riraient devant tant d’absurdités et de décadence.
En repensant à son défunt ami, il regarde le ciel en disant que le ciel d’alors était si bleu, si pur, si infini.
Il répète les dires de son meilleur ami qui sont restés gravés en lui : « Le ciel devrait être haut et clair en toutes circonstances. »
Sur ces mots, il se lève pour aller rejoindre Toki et demande à Kenshin comment s’appelle-t-il. Shigure décline ensuite son identité.
En partant, Shigure lui dit qu’il espère qu’ils se reverront, Kenshin l’espère aussi.
Les deux hommes ont sympathisé mais Shigure ne se doute pas que c’est Kenshin qui a tué Gentatsu.
À son retour de Yokohama, il a parlé de Kenshin en des termes très élogieux.
Shigure est heureux de rencontrer un samouraï tel que Kenshin, surtout en ces périodes de trouble.

À Yokohama, des hommes de Shigure ont attaqué le Consulat.
À Tokyo, Kajiki, son bras droit, le prévient que l’itinéraire de l’hôte d’état anglais a été modifié, il devrait aller de Yokohama à Kyoto mais il passera d’abord par Tokyo et arrivera dans six jours.
Kajiki s’est aussi procuré un deuxième canon comme le lui avait demandé Shigure.
Shigure compte attaquer la résidence officielle pour tuer le ministre britannique des affaires étrangères (c’est la première fois que Tokyo va recevoir la visite d’un ministre étranger), lors du gigantesque défilé en son honneur qui s’annonce, et ce afin de compromettre et provoquer la chute du gouvernement Meiji pour ainsi instaurer une nouvelle ère.
Shigure opère toutes ces manœuvres en mémoire de Gentatsu.

Toki lui présente Yahiko, elle lui dit qu’il l’a raccompagnée et qu’il vit avec M. Himura.
Dès qu’il l’entend, Shigure adresse un large sourire à Yahiko, il lui dit qu’il a l’air d’un garçon solide.
En apprenant que Yahiko est issu d’une famille de samouraïs et que son père est mort au combat pour le Shogitai, Shigure conclut que son père devait être un homme respecté et il se prend d’affection pour cet orphelin.
Shigure se montre très accueillant et paternel envers Yahiko, il se met à sa hauteur, il lui dit que s’il a un jour besoin d’aide, de quoi que ce soit, il pourra toujours compter sur lui.
Shigure est touché par la situation de Yahiko, ce sont les personnes telles que lui que Shigure enveloppe de sa protection et de son affection.

Le soir, Kajiki et Shigure préparent leur plan d’attaque et transportent leurs armements, ils vont se rendre au temple avec leur clan pour y installer toute l’artillerie.
Les préparatifs sont terminés et le clan va passer à l’action.
Shigure dit à ses hommes qu’il ne le sait que trop bien : chacun d’entre eux a quelqu’un à qui il doit dire adieu, ils ont jusqu’à demain pour le faire, l’heure sera ensuite au combat.

Ce soir-là, il rentre tard à la maison mais Toki l’attend. Elle lui propose de diner, et Shigure l’invite à partager son repas avec lui.
Shigure utilise le symbolisme du repas pour lui faire comprendre qu’il veut tout partager avec elle, il souhaite un rapprochement plus intime car il envisage de l’épouser s’il survit.
C’est avec elle que Shigure veut passer cette dernière soirée paisible avant d’entamer son combat, car elle est celle qu’il aime.
C’est elle la personne à qui il doit dire adieu dans le cas où il ne survivrait pas, mais il ne l’affole pas quant au destin funeste qui peut lui être tracé, il lui annonce seulement qu’il va partir pour un long voyage à Kyoto puis pour Aizu.
Toki veut venir avec lui mais il est dans l’obligation de refuser pour sa sécurité, il lui demande de s’occuper de la maison, il essaiera de lui écrire.
Il la regarde avec amour et tendresse en lui disant qu’il faut qu’il en profite, il ne pourra plus goûter à sa cuisine avant longtemps.

Le lendemain, à six heures, près du pont Ohashi : Kenshin répète à Shigure que Toki s’inquiète beaucoup pour lui, Kenshin lui demande ce qui le rend si grave.
Shigure se comporte de façon étrange ces derniers temps, il est triste, pensif et songeur en permanence. Il confie à Kenshin que la raison n’est autre que Toki.
Il avoue à Kenshin que si jamais il lui arrive quelque chose il pense à Toki. Il a peur de la laisser seule, il sait qu’il est tout ce qui lui reste au monde.

Avant de partir, Shigure a laissé une lettre à l’attention de Toki, sur la stèle de Gentatsu.
En voici le contenu : « Je pars tenir ma promesse envers Gentatsu. Je te souhaite un avenir meilleur. Si tu as besoin de quoi que ce soit adresse-toi à M. Himura. »
Il a confiance en Kenshin car il sait que c’est un samouraï et un homme d’honneur en qui on peut avoir une totale confiance.

Ce soir là, au temple, Shigure y tient sa réunion. Il dit à ses hommes que le moment est venu de se relever et d’exaucer leurs souhaits les plus chers.
On les a traités de traitres, de rebelles, leurs regrettés compagnons ont été déshonorés, l’Etat ne les considère plus que comme l’ennemi à abattre.
Shigure est indigné et révolté que le gouvernement Meiji soit contrôlé par des hommes d’affaires, il estime qu’il est corrompu, qu’il ne marche qu’aux pots de vin et à l’appât du gain.
Il reprend les propos de son cher ami Gentatsu : « Le ciel devrait toujours être haut et clair en toutes circonstances et de la même manière tous les hommes devraient être égaux. »
C’est ce monde-là que Shigure veut construire.
Il escompte lever une armée, qu’on les rejoigne des quatre coins du Japon pour qu’ils retrouvent enfin leur honneur, leur nouvel honneur.

Lors de cette réunion, Kajiki démasque la présence de Yahiko, il est prêt à le tuer car il en a trop entendu.
Shigure l’en empêche immédiatement, puis Yahiko lui demande de le laisser se joindre à son groupe. Shigure accepte.

Shigure est en marche avec ses hommes, ils se mettent ensuite en position pour agir ; Shigure dit à Yahiko qu’il est très impressionné par son courage, il a une force de caractère rare, puis il lui assène un coup de poing dans l’estomac pour l’assommer et a fortiori pour le protéger, il ne voulait absolument pas l’exposer au combat et à la mort.
Il dit à son protégé Musashino que Yahiko n’est encore qu’un enfant, si quoi que ce soit devait lui arriver, jamais il ne pourrait se le pardonner, et M. Himura non plus ne lui pardonnerait pas ajoute t-il.

Le traitre Kajiki part cette nuit rejoindre en cachette Tamono, le capitaine de la garde impériale du gouvernement Meiji.
Shigure ne se doute de rien : Tamono veut le tuer avec la complicité de Kajiki qui collabore avec le pire ennemi de celui qui est censé être son ami depuis si longtemps.

Le lendemain, à Tokyo, Shigure et ses hommes passent à l’attaque, munis de canons et de fusils, à la résidence officielle.
Shigure a des principes : il refuse de mettre la vie de civils innocents en danger ; il mènera uniquement une attaque contre la garde impériale afin de provoquer un attentat lors de la visite de l’invité d’honneur : il ne s’en prendra donc qu’à l’armée et au ministre britannique des affaires étrangères.
Pour rappel, Shigure n’a rien contre ce ministre, il veut seulement le tuer pour provoquer la perte du gouvernement Meiji.
Des gardes de l’armée se mettent à tirer sur les hommes de Shigure ; ce dernier intervient pour sauver les siens.
Shigure allait ensuite tuer le ministre britannique mais Kenshin intervient à temps pour l’en empêcher en se dressant face à lui.
Kenshin refuse de s’écarter alors Shigure est prêt à le tuer, même s’il voulait éviter cet affrontement à tout prix.

Lors de l’affrontement avec Kenshin, ce dernier s’élance de la même façon que le soir où il a tué Gentatsu ; en le voyant faire Shigure comprend que c’était lui Battosaï.
Dès lors, Shigure veut l’anéantir mais Tamono fait feu sur les hommes de Shigure.
Shigure allait périr mais son protégé Musashino s’est interposé de son corps pour le sauver et recevoir à sa place les balles tirées par la garde impériale ; avant de mourir, il a supplié Shigure de gagner cette guerre. Ce dernier a vu mourir son protégé, il est très affecté par cette perte brutale et il ne peut rester auprès de son corps car les fusillades vont reprendre.
Shigure et le reste de ses hommes doivent battre en retraite mais avant de partir, il dit à Kenshin qu’un jour ils régleront leurs comptes.

Parmi les hommes de Shigure, sans compter Kajiki qui n’en fait pas réellement partie, il n’en reste que des adolescents.
Ils se sont retranchés dans la forêt d’Ueno comme au temps du Shogitai ; ils sont encerclés et surveillés par l’armée impériale.
En se barricadant de la sorte dans la forêt, Shigure veut reproduire ce qu’a fait le Shogitai autrefois.
C’est la mort de Gentatsu qui a motivé Shigure à se lancer dans cette folie.

Cette nuit, Kenshin se rend dans la forêt d’Ueno accompagné de Sanosuke.
Les gardes de l’armée attendent l’intervention de Kenshin (une heure) avant de procéder à l’assaut.
Kajiki ordonne aux adolescents de faire feu sur Kenshin et Sanosuke mais Shigure leur ordonne de ne pas tirer, c’est un combat qui doit avoir lieu entre Kenshin et lui.
Shigure lui dit qu’il ne le hait pas, Gentatsu a risqué sa vie en affrontant Battosaï tout comme ce dernier a risqué la sienne ; dans un duel, la mort est inévitable et il l’accepte.
Shigure répète qu’il veut éradiquer le gouvernement Meiji qu’il juge corrompu.
Kenshin essaie de lui faire entendre qu’un nouveau bain de sang ne rachètera pas la mort de ceux qui ont été injustement tués.
Shigure veut se battre : en tant que ex samouraï Aizu, il va utiliser la technique Saiki Kanuma.
Kenshin utilisera la technique Hiten Mitsurugi/la Flèche du dragon mais Shigure avait prévu sa riposte et l’esquive. Cet enchainement l’a hanté pendant quatorze ans, il est gravé dans sa mémoire pour toujours.
À présent, Shigure utilise sa technique Kanuma Shoyoken et il parvient à blesser Kenshin.
Shigure réitère son attaque, Kenshin a compris qu’il s’agit d’une double attaque mais il reçoit de plein fouet, en plein visage, le fourreau d’acier de Shigure.
Shigure est devenu plus fort que Gentatsu.
Il assène Kenshin de coups de fourreau d’acier, ce dernier ne peut à peine bouger son bras.
Shigure lui dit que s’il n’utilise pas la lame de son sabre, il court à une mort certaine, il veut qu’il retourne sa lame mais Kenshin refuse.
Kenshin doit utiliser la technique secrète du Hiten Mitsurugi.
Shigure attaque Kenshin, celui-ci vole au clair de lune comme il l’avait fait contre Gentatsu, mais Shigure le rejoint dans les airs ; Kenshin se laisse chuter dans le vide.
Shigure est prêt à l’attaquer avec la technique Kanuma-Ryu Hiken Sotoken.
Kenshin effectue un mouvement de vrille pour lui permettre de dégainer, il touche Shigure sans le blesser ni le tuer.
Kenshin lui explique que ne plus tuer est la seule façon qu’il a trouvée pour expier ses fautes.
Shigure voit Kenshin face à la pleine lune et il se replonge dans ses souvenirs précieux où Gentatsu regardait le ciel et lui disait qu’il devrait toujours être haut et clair en toutes circonstances ; qu’il en va de même pour le monde et les peuples qui y vivent.
Shigure reste à jamais marqué par ces dires.

Shigure veut continuer son combat pour Gentatsu, il ne veut pas le perdre, il ne doit pas le perdre. Il se relève prêt à l’attaque mais il est interrompu par Toki qui court à lui en les suppliant de s’arrêter. Elle se sert contre lui en versant des larmes ; elle aime Shigure et veut qu’il reste auprès d’elle, Toki craint pour la vie de son bien-aimé.
Ce n’était pas Kenshin la personne capable de raisonner et émouvoir Shigure, seule Toki avait ce pouvoir.
Les larmes de Toki l’ébranlent au plus haut point, Toki est son point sensible.
Kenshin en profite pour lui dire que Gentatsu n’aurait pas aimé voir Toki pleurer.
En regardant Toki, les larmes pleins les yeux, Shigure repense à une conversation avec Gentatsu.
À cette époque, Shigure avait reçu une lettre de sa famille : son père était malade, c’était sa troisième rechute en quatre mois mais il était fier et disait avoir des problèmes encore plus graves ici, avec les luttes entre les clans.
Par pudeur, il n’osait pas exprimer publiquement son amour et son inquiétude pour sa famille.
Gentatsu l’avait interrompu en lui disant qu’il se trompe, il lui a conseillé de ne jamais avoir honte d’aimer sa famille, d’aimer ceux qui lui sont proches ; sans cet amour, il n’est pas possible de s’occuper correctement de son pays. C’est le devoir de tout homme.
Gentatsu voulait que les gens qu’il aime soient heureux, qu’ils vivent dans le bonheur et l’harmonie.
À cette pensée, Shigure demande pardon à Gentatsu, il dit que Kenshin honore bien mieux que lui sa mémoire ; il laisse tomber son sabre et s’effondre dans les bras de Toki.

Shigure va bien mais il est affaibli, ses hommes versent des larmes pour lui, il demande à Toki de s’approcher de lui : il lui annonce qu’il va se rendre aux autorités.
Ses yeux tremblent d’émotion et d’amour en la regardant ; il s’excuse de l’avoir tant fait pleurer et lui qui est habituellement peu démonstratif, dépose sa main sur sa joue pour la tenir et la sentir contre lui.

Alors que la situation est réglée, Tamono surgit et ordonne à ses soldats de faire feu.
De pauvres adolescents meurent sous le regard impuissant de Shigure. Il saute sur Toki pour la sauver, il la recouvre de son corps pour la protéger, recevant ainsi les tirs des fusils.
Avant de rendre l’âme, il ouvre les yeux et appelle Toki, elle lui dit qu’elle est là près de lui.
Il parle à Gentatsu, et répète que le ciel doit toujours être haut et clair en toutes circonstances.
Ce furent-là ses derniers mots ; il laisse après lui Toki anéantie, elle est restée de longs instants auprès du corps de Shigure, à caresser son visage, elle ne voulait pas que son corps parte.

Shigure était en vérité un homme de bien, au cœur bon et généreux, il affectionnait et prenait soin des orphelins et des plus démunis, il était plein de mansuétude pour les plus faibles.
La mort de Shigure est tragique et laisse des traces indélébiles en la personne de Toki qui se retrouve seule, à jamais anéantie par cette terrible perte.
On peut dire que Kajiki et Tamono lui ont gâché sa vie ; sans leur immonde traitrise, Shigure ne serait pas mort et aurait pu vivre heureux auprès de Toki dont il était amoureux.

 



Gentatsu Takatsuki

 

Gentatsu Takatsuki du clan Aizu, appelé aussi Gentatsu Hitokiri, était un des membres du trio de Kanuma. Il est mort à Tokyo lors des derniers instants du Bakumatsu/Shogunat Tokugawa.
C’était un samouraï impressionnant et le meilleur ami de Shigure Takimi.
Gentatsu se battait pour maintenir le Shogunat Tokugawa/Bakufu d’Edo.

Un soir, les hommes de Satsuma et ceux de Choshu devaient conclure une alliance, dans un lieu tenu secret, dans l’intention de détruire le Shogunat Tokugawa.
Ces hommes voulaient faire tout ce qui était en leur pouvoir pour détruire le Bakufu.
Saigo représentait le clan Satsuma et Katsura représentait le clan Choshu (Kenshin/Battosaï travaillait pour Katsura).
Ryoma Sakamoto était aussi présent à cette réunion au sommet pour jouer les médiateurs.
Tous les chefs de la rébellion étaient réunis.
Gentatsu voulait donc frapper, c’était là l’occasion de changer l’histoire.
Le clan Aizu était en réunion avec notamment la présence de Shigure et Kajiki.
Il y avait trois lieux possibles pour la réunion des hommes de Satsuma et de Choshu :
- Masudaya car les Satsuma y vont souvent mais les Shinsengumi y étaient postés depuis peu, donc c’était improbable.
- Suzuya.
- La scierie de Minoda.
Minoda et Suzuya sont très éloignés. Il fallait trancher : Gentatsu penchait pour Suzuya mais Shigure n’était pas d’accord, il disait que les possibilités de fuite de l’ennemi y seraient trop réduites, il n’y a aucune issue de secours, il était certain que l’ennemi n’opterait pas pour un endroit aussi dangereux.
Shigure opta pour Minoda mais l’instinct de Gentatsu lui dictait d’aller à Suzuya.
Gentatsu a donc décidé de se rendre avec peu d’hommes à Suzuya et dans le cas où il se tromperait, il rejoindrait Shigure et son clan.
Gentatsu était accompagné de trois hommes : Sakurai, Asami et Yokata.
Son intuition ne l’avait pas trompé : les rebelles tenaient bel et bien leur réunion à Suzuya.
Gentatsu et ses hommes sont donc intervenus, ils firent face aux gardes puis un combat au clair de lune eut lieu entre Battosaï (Kenshin) et Gentatsu.
Battosaï s’élança dans les airs, tomba droit sur Gentatsu et le tua.
Shigure est arrivé à cet instant et a assisté, impuissant, à la mort de son meilleur ami qui laisse derrière lui sa jeune sœur Toki âgée de quatre ans.

Gentatsu était un homme tendre et apaisé, il aimait passionnément regarder le ciel bleu au dessus du mont Bandai, ‘‘il est d’une telle pureté’’ disait-il.
Il avait dit à Shigure : « Le ciel devrait toujours être haut et clair en toutes circonstances ; et il en va de même pour le monde et les peuples qui y vivent. » Ces mots sont à jamais restés gravés dans la mémoire de Shigure.

Gentatsu pensait toujours aux familles des victimes et à leur douleur, parfois il ne trouvait plus le sommeil car il pensait à tous ces hommes qu’il a tués : eux aussi avaient une famille, des gens qu’ils aimaient. Cette pensée l’obsédait.
Il conseillait à son meilleur ami de ne jamais se sentir honteux ou gêné d’aimer sa famille et de le montrer, de ne jamais avoir honte d’aimer ceux qui lui sont proches ; sans cet amour, il n’est pas possible de s’occuper correctement de son pays lui disait-il.
Il lui apprenait qu’il est important de prendre soin de ceux que l’on aime sans ressentir de gêne à se montrer tendre et affectueux (Gentatsu savait que Shigure n’était pas de nature à être démonstratif malgré son cœur si bon, aimant et généreux).

Toki était la seule famille qu’il lui restait, c’était pour elle qu’il se battait chaque jour malgré ses doutes.
S’il continuait à utiliser son sabre, c’était pour ses amis, à la mémoire de sa famille et pour Toki.
Gentatsu voulait que les gens qu’il aime soient heureux, qu’ils vivent dans le bonheur et l’harmonie.

Shigure est resté à jamais marqué et hanté par le souvenir de Gentatsu.
Sa mort l’a profondément traumatisé, il est d’ailleurs mort après l’avoir évoqué ; Gentatsu était gravé dans son cœur jusqu’à son dernier souffle.

 



Toki Takatsuki

 

Toki Takatsuki est une jeune fille âgée de dix-huit ans ; elle est la petite sœur de Gentatsu et la fille d’un samouraï du clan Aizu.
Orpheline, il ne lui reste plus de famille depuis que son frère est mort alors qu’elle n’avait que quatre ans. Son frère était son unique famille, il était tout ce qu’elle avait.
À présent, cela fait quatorze ans que Gentatsu les a quittés et depuis ce drame, elle a toujours vécu dans le dojo/grande maison de Shigure Takimi à Tokyo. Elle vit donc à ses côtés depuis qu’elle a l’âge de quatre ans et ils ne se sont jamais quittés.
Shigure l’a élevée et éduquée en lui enseignant les principes d’honneur, de respect et de vertu.
Depuis la mort de Gentatsu, Toki n’aime et ne vit que pour Shigure qu’elle aime plus que tout au monde ; elle le dit elle-même : c’est l’être qu’elle aime le plus au monde, Shigure représente absolument tout pour elle.
Son frère lui manque énormément mais elle n’est pas seule ; auprès de Shigure, elle trouve la sécurité, la protection et l’apaisement.
Même si Shigure reste toujours aussi tourmenté par la mort de Gentatsu, cela ne l’a pas empêché (tout au contraire) de veiller précieusement sur Toki.

Toki est une jeune fille très douce, réservée et sensible ; elle est entièrement dévouée à Shigure qui a fait d’elle une demoiselle très polie, obéissante et respectueuse.

Elle a trois passe-temps principaux :
- C’est elle qui s’occupe de la maison de Shigure.
- Aimant énormément cuisiner, c’est elle qui prépare avec amour tous les plats de Shigure.
- Dans sa maison, Toki donne des cours de calligraphie à des enfants au dojo.

Toki fait connaissance avec Yahiko et Kaoru au début du film. Ces derniers l’emmènent avec eux après que Shigure ait dû fuir la police puisqu’il est armé d’un sabre.
Comme je l’ai expliqué plus haut (Histoire du Film), Shigure avait réglé le compte de marins avinés qui s’en étaient pris à Toki.

Plus tard, Toki se rend au dojo Kamiya. Kaoru l’invite à entrer, Toki aimerait parler à Kenshin, mais ce dernier n’est point encore rentré.
Toki leur cuisine le gros poisson qu’elle a apporté, elle a préparé un délicieux repas qui ravit ses hôtes.
Lorsque Kenshin rentre, Kaoru le prévient que Toki voudrait lui parler.
Kenshin et Toki s’entretiennent en privé : Toki tient à lui parler de Shigure, elle lui explique que son frère était un ami proche de Shigure lors de la période du Bakumatsu puis il est mort.
Toki confie à Kenshin ses inquiétudes : Shigure se comporte de façon étrange ces derniers temps, il est triste et songeur permanence.
Toki connait très bien Shigure, elle sait qu’il ne se confiera jamais à elle mais elle est certaine qu’il parlera à Kenshin.
Toki se sent tellement impuissante, c’est pourquoi elle est partie requérir l’aide de Kenshin.

La veille de son départ pour son combat ultime, Shigure a tenu à partager son repas avec Toki pour lui prouver symboliquement qu’il veut partager toute sa vie et son intimité avec elle, s’il est de retour sain et sauf.
Il veut passer paisiblement cette dernière soirée pour lui dire implicitement adieu au cas où il ne survivrait pas.
Shigure ne l’affole pas, il lui annonce seulement qu’il va partir pour un long voyage à Kyoto puis pour Aizu.
Toki voulait l’accompagner mais il lui demande de s’occuper de la maison, et lui assure qu’il essaiera de lui écrire ; afin de ne pas l’inquiéter, il se garde bien de lui dire qu’il compte renverser le gouvernement Meiji.
Comme je le détaille plus précisément dans mon avis, lors de cette soirée intime, Toki est à la fois affectée par son départ et troublée par l’attitude de Shigure qui laisse transparaitre tout l’amour qu’il lui porte.

La veille de l’attentat, Kenshin et Sanosuke se rendent chez Shigure mais il n’est plus là. Toki a trouvé une lettre sur la stèle de Gentatsu et la montre à Kenshin.
Shigure lui a laissé cette lettre dans laquelle il lui dit qu’il part tenir sa promesse envers Gentatsu et qu’elle doit s’adresser à Kenshin si elle a besoin de quoi que ce soit.

Le lendemain matin, Toki implore Yahiko de lui révéler tout ce qu’il sait à propos des projets de Shigure, elle est terrifiée à l’idée qu’il puisse périr.
Effondrée, Toki ne peut contenir sa douleur et sa détresse de perdre celui qu’elle aime : « Shigure, il est tout pour moi. C’est la personne qui compte le plus à mes yeux. » dit-elle.
Toki implore Kenshin d’arrêter Shigure, elle place son espoir en lui, elle désire qu’il parvienne à calmer la fureur qui habite l’homme qu’elle aime afin qu’il cesse toute entreprise belliqueuse et qu’il lui revienne.

En apprenant que Shigure et ses hommes se sont retranchés dans la forêt d’Ueno, Toki veut aller le rejoindre. Elle est terrifiée car elle devine qu’il va se sacrifier, elle le connait et sait qu’il s’est toujours rendu responsable de la mort de Gentatsu.
Kenshin lui promet de lui ramener Shigure sain et sauf.

Cette nuit-là, Toki rejoint Shigure pour qu’il cesse son combat face à Kenshin. Elle les supplie de s’arrêter et se sert contre Shigure en versant des larmes.
Toki s’était finalement trompée : Kenshin n’était pas la personne capable d’arrêter Shigure, elle était la seule à avoir ce sensible pouvoir lié à l’amour profond qui l’unit à Shigure.

Shigure est sain et sauf même s’il a été affaibli par son combat. Il demande à Toki de s’approcher de lui, il s’excuse de l’avoir tant fait pleurer et dépose sa main sur la joue de sa protégée pour la sentir contre lui. Toki est envahie par un sentiment de bien-être (je développe cette scène dans mon avis).
Tout était rentré dans l’ordre, Toki avait le soulagement de voir Shigure vivant et épargné de tout mal ; mais contre toute attente, Tamono surgit et ordonne à ses soldats de faire feu.
Shigure saute immédiatement sur Toki pour la protéger de son corps, recevant ainsi les tirs des fusils. Avant de rendre l’âme, il ouvre les yeux et appelle Toki, elle lui dit qu’elle est là près de lui, puis Shigure meurt après avoir évoqué Gentatsu.
Toki est anéantie par cette perte, elle est restée de longs instants auprès du corps de Shigure, à caresser son visage, elle ne voulait pas que son corps s’éloigne d’elle.

Après cette tragédie, Toki continue à vivre dans la maison de Shigure, elle s’en occupe comme il aimait qu’elle le fasse et continue à donner des cours de calligraphie aux enfants.
Kenshin vient lui rendre visite pour lui avouer que c’était lui le meurtrier de son frère, à l’époque où il était Hitokiri Battosaï.
Toki a un choc de l’apprendre et veut savoir si Shigure était au courant. Kenshin le lui confirme, Toki lui répète alors les dires de Shigure qui lui avait appris que durant le Bakumatsu, il était difficile de discerner le bien du mal, chaque combattant luttant pour son propre idéal.

Au final, Toki remercie Kenshin, Kaoru, Sanosuke et Yahiko de ce qu’ils ont fait pour elle, et espère qu’ils viendront se recueillir sur la tombe de Shigure.
Elle se rend dans la ville natale de Shigure pour y enterrer ses effets personnels ; elle reviendra ensuite chez elle, les enfants l’attendent dans l’école qu’elle tient dans sa maison.
Un jour, elle leur racontera cette histoire pour qu’ils sachent comment vivaient les gens à l’époque du Bakumatsu, elle veillera sur eux en espérant qu’ils construisent un jour le monde dont Shigure rêvait tant : un monde en paix, sans effusion de sang.

 



Sadashirô Kajiki

 

Sadashirô Kajiki est censé être le bras droit de Shigure et son meilleur ami depuis la mort de Gentatsu.
En réalité, cet ancien membre du clan Aizu est un homme trompeur et malsain, c’est un opportuniste dépourvu d’honneur qui collabore avec Tamono, un traître du gouvernement Meiji.
Kajiki est un homme poltron, dépourvu de pitié (même à l’égard des plus faibles) et sans scrupule : il n’hésite pas à trahir Shigure en s’alliant à son pire ennemi dans l’espoir pathétique de gravir les échelons. Kajiki coopère avec Tamono lequel lui a (mensongèrement) promis, en contrepartie de sa trahison, de faire de lui l’un des plus hauts fonctionnaires de l’Etat.
Le plan de Kajiki consiste donc à obtenir un poste prometteur puis de faire tuer Shigure. Ce dernier n’a absolument pas remarqué que Kajiki est en réalité un traître, et pour cause : Kajiki travaille activement pour lui en apparence, et il était déjà le bras droit de Shigure avant l’avènement de l’ère Meiji. Shigure ne s’est donc jamais douté d’une telle trahison.

Kajiki est chargé de fournir les armes aux hommes de ‘‘son clan’’ (c’est Tamono qui les lui donne, il vole dans son arsenal pour armer Kajiki) ; et c’est sans scrupule que Kajiki envoie ses hommes à la mort, alors que la plupart d’entre eux ne sont que des adolescents.

Dépourvu de pitié et de compassion, Kajiki était prêt à tuer de sang froid Yahiko sous prétexte qu’il en avait trop entendu lors de la réunion secrète de Shigure au temple.

La veille de l’attentat, Kajiki s’éclipse pour rejoindre en cachette Tamono. Ce dernier lui tend le parcours que suivra le défilé ainsi que les positions de ses hommes.
Shigure ne se doute de rien : Tamono veut le tuer avec la complicité de Kajiki qui, sans scrupule ni état d’âme, envoie à la mort son ami.
Kajiki révèle à Tamono la stratégie d’attaque de Shigure et ricane de cet homme de principes qui refuse de mettre la vie de civils innocents en danger.

Dès que cela tournera mal, Kajiki compte passer du côté de Tamono, il est certain que ce dernier ne le trahira pas sous prétexte qu’il sache bien trop de choses sur ses agissements corrompus ; ce qu’il ne sait pas, c’est que Tamono avait prévu de l’éliminer.
Dans la forêt d’Ueno, Kajiki ordonne aux adolescents de faire feu sur Kenshin et Sanosuke mais Shigure leur ordonne de ne pas tirer.

Kajiki sera démasqué par Hajime Saito.
Après la mort de Shigure et l’arrestation de Tamono, Kajiki tentera de s’enfuir mais Saito l’interceptera ; pris de panique, Kajiki dira à Saito qu’il est prêt à témoigner contre Tamono mais Saito, qui est un homme droit, refusera bien évidemment l’offre et le tuera.

 



Musashino Yasuharu

 

Musashino Yasuharu est un orphelin du Shogitai sous la protection du samouraï Shigure.
Il voue un profond respect à Shigure, il l’admire, voit en lui son sauveur et le porteur d’un idéal pour le Japon.
Malgré son jeune âge, il combat à ses côtés pour renverser le gouvernement Meiji, certain que c’est par ce biais que la mort de son père sera vengée, et qu’une ère d’honneur et de paix sera amorcée.

Musashino est un bon garçon qui a intégré les notions d’honneur, de respect et de droiture ; c’est un adolescent sérieux et très courageux.

Lorsqu’il fait connaissance avec Yahiko, les deux garçons nouent rapidement des liens ; leurs points communs et idéaux les rapprochent : ce sont des orphelins dont les pères sont morts au combat pour le Shogitai, ils ont connu une vie difficile, ils sont fermement attachés à la notion d’honneur.
Musashino et Yahiko se voient très souvent dans la maison de Shigure et Musashino l’entraine au combat ; il conseille à son jeune ami de devenir un homme droit et respectable.

Un soir, lors d’une réunion secrète de Shigure dans un temple, Yahiko lui demande de le laisser se joindre à son clan pour lutter à ses côtés. Musashino prie Shigure d’accepter la requête de Yahiko, puis il veillera sur lui après que Shigure l’ait assommé afin de ne pas l’enrôler dans un combat sanglant.

À la résidence officielle, lors du combat du clan de Shigure contre la garde impériale, des hommes de l’armée se mettent à tirer sur les hommes de Shigure ; ce dernier intervient pour sauver les siens.
Lorsque Musashino le voit arriver à la rescousse, son regard s’illumine de rassurement et d’admiration.
Mais, lorsque les hommes de Tamono (la garde impériale) font feu sur Shigure, Musashino s’interpose de son corps pour le sauver ; il meurt ainsi en protégeant celui qu’il a toujours considéré comme son sauveur, ce qui provoquera les larmes et la tristesse de Yahiko, mais aussi et surtout celles de Shigure.
Avant de mourir, Musashino a supplié Shigure de gagner cette guerre.



Eibin Tamono

 

Le baron Eibin Tamono est le capitaine de la garde impériale du gouvernement Meiji, et c’est un traître qui désire ardemment prendre la place du général Yamagata.
Cet homme corrupteur et mauvais collabore avec le traître Kajiki dont il se sert pour parvenir à ses fins. Kajiki coopère uniquement pour gravir les échelons, Tamono lui a promis de faire de lui l’un des plus hauts fonctionnaires de l’Etat mais il compte se débarrasser de Kajiki une fois que son plan sera exécuté.
C’est Tamono qui fournit à Kajiki tous les armes et canons ; il vole dans son arsenal pour armer Kajiki.
C’est donc Tamono qui a contribué à l’organisation de l’attaque contre le Consulat de Yokohama dans le but de persuader le général Yamagata qu’il devait se charger lui-même de la sécurité.
En effet, suite à cette attaque, le général Yamagata et le préfet Kawajiki s’entretiennent avec Tamono qui leur soumet son idée : renforcer la sécurité pendant la parade du lendemain. Il prend pour argument que l’attaque d’un ministre étranger serait un déshonneur et une honte pour le Japon, il demande donc de prévoir des renforts.
Il leur demande de passer la consigne en personne afin que les soldats se sentent plus motivés sachant que l’ordre émane du préfet.
Le préfet accepte mais ordonne à Tamono de l’assister durant le défilé.

Tamono tend à Kajiki le parcours que suivra le défilé ainsi que les positions de ses hommes.
Non seulement, Tamono veut gravir les échelons sans scrupule, mais il veut absolument tuer le samouraï Shigure Takimi.
Kajiki révèle à Tamono la stratégie d’attaque de Shigure.
Tamono se chargera de disperser les soldats comme prévu, puisqu’il a réussi à convaincre Yamagata d’assurer le commandement, il sera responsable de la sécurité.
Le plan de Tamono consiste à ce que le ministre étranger (anglais) soit assassiné par des armes appartenant à l’arsenal national ; ainsi Yamagata sera démis de ses fonctions, voué à l’opprobre, et le baron Tamono sera le prochain général.
Tamono veut amorcer une nouvelle ère, la sienne. Il ordonne à Kajiki de tuer « cet anglais de malheur. »

À la résidence officielle, les hommes de Shigure passent à l’attaque.
Tamono jubile de voir ses hommes et ceux de Shigure s’entretuer.
Puis il fait feu sur les hommes de Shigure mais il colère que le plan ne se soit pas déroulé comme prévu : ni Shigure, ni le ministre ne sont morts.

Le général Yamagata et le préfet Kawajiki se demandent comment ces insurgés ont-ils pu se procurer leurs armes, sans se douter que Tamono se cache derrière tout cela.
Shigure et ses hommes se sont retranchés dans la forêt d’Ueno.
Tamono dit au général qu’il peut encore étouffer cette rébellion dans l’œuf mais Kenshin demande au général de retarder l’assaut.
Le général ne pourra attendre très longtemps, mais il accepte d’accorder le délai d’une heure à Kenshin pour régler la situation.
Tamono refuse d’attendre car il veut absolument tuer Shigure mais le général fait confiance en Kenshin et souhaite le laisser agir.

Les gardes de l’armée attendent donc l’intervention de Kenshin avant de procéder à l’assaut.
Pendant ce temps, Saito informe ses supérieurs que c’est le traitre Tamono qui fournissait l’autre traitre des rebelles.

Alors que la situation est réglée du côté de Shigure qui était prêt à se livrer aux autorités et à cesser toute forme de rébellion, Tamono surgit et ordonne la fusillade injustifiée des jeunes hommes de Shigure. Il voulait tuer Shigure, mais également Toki, Kenshin et Sanosuke.
Shigure meurt sous les tirs de l’armée, après avoir protégé Toki de son corps.
Tamono compte faire tirer une prochaine salve pour tous les achever.
Après la mort de Shigure, empli de colère Kenshin saute sur Tamono pour le neutraliser. Tamono a été démasqué et tous ses plans échouent.
Le général Yamagata surgit avec ses hommes, il ordonne aux soldats de baisser leurs armes et de mettre Tamono en état d’arrestation.





L’avis de Narcisse :

 

J’ai regardé ce film après avoir visionné la série animée et les OAV de Kenshin.
Et, je trouve que ce film est vraiment très bien, je n’ai pas été du tout déçue. C’est comme s’il s’agissait d’un épisode de la série animée Kenshin, mais en version longue.
De plus, graphiquement ce film se rapproche de la série animée, c’est en rupture totale avec les OAV.
Par contre, j’ai été déçue par le fait que les personnages de Kaoru, Sanosuke, Yahiko et surtout Saito soient moins bien dessinés que dans la série animée.
Cela m’a particulièrement frappée pour Saito car il est vraiment bien plus beau dans la série animée.
J’ai aussi été déçue par le fait que les voix en VF de ces personnages soient différentes de celles de la série animée ; elles ne collaient pas trop aux personnages, surtout celle de Saito que je trouve parfaite dans la série animée.

J’ai décelé une erreur dans ce film : lorsque l’on voit le passé de Kenshin (c'est-à-dire Battosaï), il est dessiné avec une cicatrice en forme de croix sur la joue. Or, Battosaï n’aurait dû à cette époque soit ne pas avoir de cicatrice (dans le cas où il n’aurait pas encore tué le fiancé de Tomoe), soit il ne devait avoir qu’une partie de la cicatrice (après avoir tué le fiancé de Tomoe car c’est celui-ci qui lui a fait la première partie de sa cicatrice).
Mais, il ne fallait en aucun cas dessiner Battosaï avec la cicatrice intégrale, car suite à cet évènement (Tomoe qui complète la cicatrice avant de mourir), il avait disparu et n’exerçait plus la fonction d’assassin !
Pour percevoir de tels détails, il faut avoir vu au préalable les OAV.

C’est un film que je recommande aux inconditionnels de l’univers Kenshin.
Personnellement, tout ce qui a trait à Kenshin le vagabond me plait énormément : la série, les OAV et le film sont de grandes réussites (j’adresse une mention spéciale aux OAV et à la saison 2 de la série animée).

Pour regarder ce film, il faut connaître, je pense, les deux premières saisons de la série animée Kenshin pour les raisons que j’ai expliquées tout en haut ; puis, il faut tout de même connaître qui sont les personnages de Kenshin, Kaoru, Yahiko, Sanosuke et Saito, les liens qui les unissent, et un peu de leur histoire personnelle.
Cependant, Shigure, Toki, Tamono, Musashino Yasuharu, Kajiki et Gentatsu n’apparaissent que dans ce film donc on peut comprendre facilement l’histoire.

L’histoire est intéressante car elle est touchante. On comprend rapidement que Shigure poursuit un but qui peut paraitre tout de même légitime car il veut se venger de la mort de son meilleur ami (même si sa folie vengeresse n’honore pas sa mémoire) et dans son état d’esprit, détruire ce gouvernement revient à venger et honorer Gentatsu.
Ce gouvernement l’insupporte car il porte atteinte à l’honneur des samouraïs et aveuglé par son désir de vengeance, il croit qu’il est exclusivement infesté d’hommes corrompus.
Cependant, la paix se rétablit et au moins, il n’y a plus autant de tueries inutiles depuis l’avènement de la nouvelle ère.

Le personnage que je préfère est toujours celui de Saito car je l’aime énormément depuis que je l’ai vu dans la série animée Kenshin : il est, comme je l’avais déjà dit, fort, honnête, droit, loyal, intelligent, puissant, il a des principes clairs et nets, c’est un homme impressionnant de part son physique et sa personnalité ; il est charismatique et inoubliable.
Il fait clairement aujourd’hui partie de mes personnages masculins favoris !

Aussi, dans ce film, j’ai vraiment été attirée par le personnage de Shigure qui est un homme attentionné malgré sa grande force de caractère.
Shigure est en effet un homme bon, traumatisé par la vie et surtout par la mort de son meilleur ami (qui est mort sous ses yeux) suite à une mauvaise décision qu’il a prise ; il s’en est toujours voulu, son tourment ne l’a jamais quitté, et pourtant il a bien été dur envers lui-même car il n’est pas responsable de la mort de son défunt ami.
J’ai été marquée quand il a dit qu’il s’en voulait de vivre alors que Gentatsu est mort.
Shigure est un excellent samouraï, il est aussi paternel, il a pitié des orphelins et les protège. Son cœur est tendre, bon et généreux.
Je l’ai aussi trouvé beau mais c’est vraiment un effet global c'est-à-dire que physiquement, il n’est pas moche loin de là mais sa personnalité le rend encore plus attirant et beau. Elle fait de lui un être respectable et imposant.

Ce que j’ai surtout aimé dans ce film c’est la relation qui unit Shigure et Toki.
C’est clairement les relations que j’aime le plus, je suis en effet particulièrement sensible à ce genre de couple : Toki est une fille fragile, très douce et émotive, qui a besoin de protection ; et Shigure est un homme rassurant, autoritaire, protecteur, qui représente la force, c’est vraiment lui qui domine, qui est le maître de sa maison, mais cela ne l’empêche pas d’être aimant et attentionné, bien au contraire. C’est une relation de couple qui mêle force et sensibilité, ces deux êtres s’accordent parfaitement.
On voyait tout de même que leur relation s’apparentait à un amour qui allait aboutir sur un mariage mais malheureusement avec la mort de Shigure, à la fin du film, tout s’envole, et j’ai donc détesté ce dénouement.

Shigure et Toki se seraient mariés si Shigure n’avait pas perdu la vie.
L’instant du film qui m’a le plus emparée, c’est le soir où Shigure a demandé à Toki de partager son repas avec lui.
C’était la veille de son départ, il est rentré tard à la maison mais Toki l’attendait.
À son arrivée, Toki lui propose de diner, et Shigure lui répond : « Toki, voudrais-tu partager mon repas ? » Toki en est très heureuse.

La demande de Shigure est significative quant à l’amour qu’il lui porte : Shigure aime sa présence, il l’invite à partager son repas avec lui, il lui signifie ainsi qu’il souhaite un rapprochement plus intime et passer le restant de sa vie avec elle, ce qui présage une future demande en mariage.

C’est aussi avec elle que Shigure veut passer cette dernière soirée paisible avant d’entamer son combat, car elle est celle qu’il aime de tout son être.
Il lui dit que le repas est délicieux et lui demande s’il en reste tout en lui tendant son bol.
Toki lui prend le bol des mains mais elle est gênée et intimidée de lui toucher les doigts parce qu’elle ressent de l’amour pour lui.
Shigure la regarde avec amour, douceur et tendresse en lui disant qu’il faut qu’il en profite, il ne pourra plus goûter à sa cuisine avant longtemps.
Toki a une réaction, elle est à la fois affectée par son départ et troublée par ses épanchements révélateurs.
C’est un instant que je trouve très touchant : il se déroule dans l’intimité, dans la douce pénombre, leurs purs sentiments sont exposés aussi distinctement que le clair de lune qui les surplombe par cette nuit apaisante qui exprime toute la force de leurs émotions :
 

 

Au Japon, surtout à cette période, les rapports notamment hommes/femmes sont très hiérarchisés ; Toki témoigne d’un respect révérencieux envers l’homme et a fortiori envers Shigure. Ce dernier n’est pas expressif que ce soit physiquement ou verbalement mais lorsqu’il l’invite à partager son repas, lui touche tendrement la joue, les regards et les attentions qu’il lui porte sont bien plus forts que des mots, ce sont des témoignages puissants d’amour qu’il ne manifesterait jamais à une autre femme qu’elle.
Rien que dans le croisement de leur regard, on peut ressentir l’existence du lien puissant qui les unit.
Par ses gestes, par ses attentions, par ses regards, par ses phrases empreintes de symbolismes amoureux, Shigure démontre à Toki qu’elle est la femme de sa vie.

Également, Shigure sait que s’il la prend dans ses bras, il ne pourra plus jamais la quitter, ce serait au-dessus de ses forces ; il a une mission à accomplir, sa destinée est à ce stade incertaine, il ne sait pas s’il va survivre. C’est notamment pourquoi il lui est hors de question de se montrer physiquement affectueux envers Toki tant qu’il ne sera pas de retour sain et sauf pour l’épouser.

Lorsqu’à la fin, Shigure demande à Toki de s’approcher de lui, ses yeux tremblent d’émotion et d’amour en la regardant. Il s’excuse de l’avoir tant fait pleurer et lui qui est habituellement peu démonstratif, dépose sa main sur sa joue pour la tenir, pour l’envelopper de toute sa chaleur. Toki se sent si bien avec lui, ce geste d’amour l’emplit d’une sensation de bien-être indicible :

 


J’ai trouvé cela stupide et injuste de le faire mourir car Toki n’avait que lui, et maintenant elle se retrouve seule dans un dojo, anéantie par la mort de celui qu’elle aimait alors qu’elle l’était déjà par celle de son frère ! Il ne reste plus rien à cette pauvre jeune fille ; elle a déjà perdu Gentatsu et à présent elle perd Shigure, c’est plus qu’elle ne peut en supporter, il va lui falloir du temps pour cicatriser.
J’aurai préféré une fin plus heureuse, cela ne servait strictement à rien de faire mourir Shigure !


 

Créé le 3 septembre 2012 et remasterisé le 5 avril 2014

Écrire commentaire

Commentaires : 0