Narcisse vous présente son poème romantique en sept lieux, qui se passe en hiver et avec comme personnages principaux certains de ses amours.





Mes amours perdus



Ô mon Maxime Darcy, toi qui es si seul dans ce grand manoir
Tu regardes avec tristesse ses contours, d’où il fait si noir
Malgré ta puissance, ton pouvoir, tu espères, tu me cherches et tu m’appelles…
Quand enfin Narcisse se manifeste, tout se transforme en aquarelle
Ô Maxime pour toi c’est sans appel, ton amour pour elle est éternel
Non Maxime ne l’étouffe pas, non ne la brusque pas, pour Narcisse il fait soudain si froid
Non Maxime ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, elle t’a quitté pour un autre roi…


Ô mon Edmond, qui es-tu vraiment, toi que Narcisse rencontre en ces lieux de Paris
Comte de Monte-Cristo ou Gankutsuou, pour Narcisse tout est gris, mais toi là tu lui souris
Ô Edmond sous ta puissance et ta noblesse, ta vengeance si excitante mais terrifiante
Que malgré ton amour si fort si pur pour elle, ne te détache de ta tourmente
Ô Edmond fais tomber ce masque, car sans que tu ne saches Narcisse déjà se cache
Ces rues de Paris deviennent alors si sévères, finalement tu as failli à ta tâche
Non Edmond ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, elle t’a quitté pour un autre flash…


Ô mon Ed Warner, que fais-tu seul dans ce grand terrain de foot, en cette journée pleine de sagesse
Tu m’attends, moi ta Narcisse, les yeux baignés de tendresse, qui te gorge d’ivresse
Sur ce grand terrain blanc, à toi envahi de passion mais si impassible, il faut qu’elle se confesse
Mais aucune émotion, aucun sentiment, aucune faiblesse ne transparait de toi malgré tes promesses
Narcisse écoute, regarde, cherche puis hésite, même si tout cela la blesse
Face à ce désarroi, elle s’échappe, puis disparait, pourtant à jamais elle restera ta princesse
Non Ed ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, elle t’a quitté pour trois autres forteresses…


Ô mon Abel, ton allure si ténébreuse, la raison tu perds à cause de ton amour passionnel pour elle
Ô mon Mendoza, ton allure protectrice, ta force et ton intelligence se multiplient pour elle
Ô mon John Smith, ton allure dominatrice, ta pureté et ton envergure te rendent tellement fier pour elle
Narcisse ne sait plus, ne voit plus, le choix est si difficile que vous lui faites perdre la tête
Nous naviguons sur chacun de vos bateaux, et sur chacun elle a droit à une tempête
Votre amour si puissant, si sauvage dans ces mers glacées des océans, qu’elle en a suivi le gorfou
Non Abel, Mendoza, John, ne pleurez pas, oui pour vous il est trop tard, elle vous a quittés pour un autre fou…


Ô mon Actarus, d’où viens-tu vraiment, toi si solitaire si différent sur cette terre
Tu vois en Narcisse la planète bleue, tu la guettes, tu la suis, tu la préserves de cette guerre
Quand tu la serres amoureusement, sans savoir tu la condamnes dans ce vieux monastère
Perce tous ses voiles, ses pensées et ses peines, qui t’enlèveront de ta torture austère
Si rude et si raide ce chemin qui t’éloigne de ta planète Narcisse, que tout devient tellement flou
Ô Actarus pour elle tu aurais vendu ton âme, mais tu n’as pas su mettre tous les clous
Non Actarus ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, elle t’a quitté pour un autre loup…


Ô mon Hajime Saito, Ô que j’aime quand tu me fais peur, ton regard à mon égard si féroce
Ce regard de loup si cruel mais si doux que pour moi ta Narcisse tu songes à de nouvelles noces
Pour toi je serai docile, obéissante et soumise, mon cœur t’appartient de toute son écorce
Tu me domines, tu me fascines et tu m’entraines, pour vivre toute notre vie dans ta campagne
Toutes tes promesses, tous tes projets rien ne s’efface, à jamais nous serons unis c’est notre gagne
Mais nous n’étions pas seuls, vous étiez déjà deux, face à ce trouble instable je reste sans voix
Non Saito ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, elle t’a quitté pour une autre voie…


Ô mon Jean Mallet, pourquoi m’as-tu laissée seule, triste en compagnie de ce rude froid d’hiver
« Ma Narcisse le savez-vous je vous aime je vous l’avoue », confessais-tu hier
« C’est à genoux que je vous fais serment », tes pensées au fond te désespèrent
Ce doux rêve s’envole, je ferme les yeux et j’espère, non ne me laisse pas sur cette terre
Ô mon amour n’aie plus de regrets, comme une fatalité, tu es parti, tu as suivi la lumière
Maintenant tout est fini, j’erre comme une âme en peine, la vie pour moi s’est arrêtée
Non Narcisse ne pleure pas, oui pour toi il est trop tard, il t’a quittée pour l’éternité …


Créé le 26 décembre 2012

Écrire commentaire

Commentaires : 9
  • #1

    jean pierre (samedi, 08 novembre 2014 11:55)

    Vraiment un magnifique poème le registre tragique nous prend aux trippes. Belle histoire !

  • #2

    Narcisse (dimanche, 09 novembre 2014 13:11)

    Merci beaucoup jean pierre. Je suis contente que mon poème fasse de l'effet.
    Je l'ai écrit en pensant à mes personnages masculins préférés de dessins animés.
    Je vous souhaite une bonne lecture sur mon site, en attendant d'en faire d'autres…

  • #3

    zuda (jeudi, 20 novembre 2014 10:22)

    - Je suis très mal placé pour laisser un commentaire sur de la poésie, vu que la poésie, c'est vraiment la forme qui me passe le plus au dessus de la tête. Jamais compris l'intérêt des rimes, du nombre de pied, ou de toutes formes de structure (c'est peut être pour ca que mes écrits sont si désorganisé lol)
    - Et tu connais aussi ma grande "passion" pour le romantisme ^^
    Alors on mélange les deux et ça donne ... ... ...un grand fou rire comme j'en ai rarement !!!!!!!!

    Là tu m'as tué Narcisse, j'arrivé pas à continuer à lire tellement j'étais mort de rire, j'en perdais la ligne. C'est déjà drôle de base, mais rien que de t'imaginer en train de l'écrire, et d'imaginer les scènes. Le final m'a achevé : elle en va même jusqu'à leur prêter des déclarations ! "« Ma Narcisse le savez-vous je vous aime je vous l’avoue », confessais-tu hier" XD
    La fille noyée dans la mer déchainée de ces sentiments ^^
    Merci pour ce grand moment de fou rire ! ^^

  • #4

    Narcisse (jeudi, 20 novembre 2014 19:17)

    Ah mes amours perdus…Il faut aimer le romantisme pour comprendre ce poème…

  • #5

    jean pierre (vendredi, 28 novembre 2014 15:36)

    Les confessions d'amour du dernier septain sont d'une beauté inouïe !
    Le poème est intelligent : sept strophes chacune composée de sept vers, chaque strophe raconte une histoire, il y a 7 histoires dans cette belle histoire tragique qui nous prend aux trippes.
    Je préfère le septain sur Hajime Saito quitté car il était marié, c'est subtilement précisé. Je le préfère car elle a quitté les hommes précédents parce qu'ils l'ont déçue mais elle ne reproche rien à Hajime Saito, il désire quitter sa femme et l'épouser mais Narcisse le quitte pour éviter de faire souffrir cette femme ou éviter d'avoir mauvaise conscience.
    Tous ces hommes qu'elle a quittés pour finir seule, quand elle rencontre le bon il meurt, le mot mort n'est jamais prononcé, tout est poétiquement expliqué.
    Vraiment magnifique poème avec de longs vers superbement écrits.
    Narcisse, si vous en faites d'autres dans ce style je suis preneur.

  • #6

    Narcisse (vendredi, 28 novembre 2014 19:05)

    Merci pour vos compliments Jean-Pierre.
    Félicitations, vous avez parfaitement compris mon poème dans les moindres détails, je vois que vous êtes un expert.
    Rien que pour vous, je vais m’atteler à écrire la suite de ce poème.

  • #7

    jean pierre (samedi, 29 novembre 2014 11:08)

    Merci !

  • #8

    Eric (lundi, 01 décembre 2014 18:58)

    Waouh t'es épatante Narcisse, quel talent !
    Bah dit donc à ton jeune âge t'en a connu des hommes !
    Ton mari est-il au courant de ton passé sulfureux ? Loool

  • #9

    Narcisse (dimanche, 21 décembre 2014 19:06)

    MORTE DE RIRE ! T’es toujours aussi marrant Eric !